Boîtes lumineuses. Série « Convergences »

Caisson en bois, dispositif électrique (Leds) et radiographies médicales

Dimensions variables. (+/- 50 x 50cm)

Document presse exposition galerie Françoise Besson, Lyon

La croix possède une forte valeur symbolique.

La plupart des Occidentaux vont voir dans la croix le symbole de la religion chrétienne: elle symbolise Dieu et la mort - puisqu’on la pose sur notre dernière demeure. C’est aussi, sans paradoxe pour les croyants, le signe de la vie éternelle : Jésus est mort crucifié puis ressuscité, c’est la preuve que nous donne Dieu de son existence et donc qu’il n’existe ni commencement ni fin.

Dans son dessin la croix chrétienne est constituée de deux rectangles croisés perpendiculairement. La partie verticale, où jambe, est plus longue. La raison de cette représentation est sans doute liée à la morphologie du corps humain pour la crucifixion. C'est un objet de propagande : elle a besoin de stabilité dans la terre afin qu’elle se dresse bien droite sur la colline où étaient exposés les crucifiés. Elle est au départ un symbole de propagande anti-chrétienne pour devenir un dogme, le symbole absolu et récupéré. Les chrétiens font le signe de croix sur leur front. Les témoins de Jéhovah quant à eux refusent cette symbolique, pour eux Jésus a été cloué sur un gibet ( poteau) les mains au-dessus de la tête.

N’étant pas théologienne, je ne donnerais raison à personne mais il faut admettre que cela eut été dommage pour la symbolique.

La symbolique est liée à la forme employée, celle que j’utilise est la croix dite « grecque », mais si cette même forme  est placée en diagonale, elle devient la croix de « St André » en forme de X, si elle est habillée d’ornement au bout de ses 4 extrémités, elle devient suivant le dessin fourchée,  fleurdelisée ou recroisée.

Tout dépend également de la couleur employée: si elle est verte elle sera celle de la pharmacie, si elle est rouge elle représentera la croix rouge, si elle est bleue elle peut être le symbole d’une association de lutte contre l’alcoolisme, la représentation d’une organisation ou d’une institution liée à la santé.

C’est le symbole de l’institutionnel, qu’il soit religieux ou non.

«  Bien avant le christianisme, le signe de la croix était utilisé pour désigner symboliquement la création. La volonté de créer (ligne verticale descendante) pénètre l’incréé (ligne horizontale) et le résultat (la croix) est la création. Ou bien, si nous restreignons l’étendue de la signification du symbole : l’esprit (verticale) descend dans la matière (horizontale) et le résultat (la croix) est la vie. »

 René Barjavel « La faim du tigre »

Il est difficile lorsque l’on est comme moi de culture française et de berceau catholique de se détacher des a priori contextuels de notre société liés à la symbolique mais c’est une forme que je trouve pour ma part d’une grande beauté.

Se pose la question de son autonomie, de faire en sorte que cette image vive de manière autonome, une croix qui se promènerait d’œuvre en œuvre et qui serait prétexte à une réflexion.

Les croix présentées dans cette exposition sont inscrites dans un carré (à l’exception d’une seule). Elles suivent les règles que je me suis imposée dès le départ, à savoir une croix inscrite dans un carré à l'aide du Nombre d'Or.

Elles illustrent le thème de la mémoire, de la trace.

Ici le corps ou plutôt son ossature, son squelette porte les stigmates d’un accident, d’une maladie.

 © 2019 by Christelle Cantereau .